SAINTE JALLE Commune drômoise en Baronnies provençales
 SAINTE JALLECommune drômoiseen Baronnies provençales

Les rencontres des cinémas du monde à Sainte-Jalle

2018 Nous accueillons Makena DIOP et Faouzi BENSAIDI

Programme complet
PROG SteJalle2018 (web).pdf
Document Adobe Acrobat [7.4 MB]

Makéna DIOP
Il étudie le théâtre et la mise en scène, au Conservatoire National de
théâtre, de danse et d’art dramatique de Dakar. Sa formation se déroule
entre le Conservatoire et les communautés rurales à travers des mises
en scène et des spectacles de contes recueillis sur place, et l’hôpital psychiatrique de Fann.

Il travaille également sur la collecte des contes et
histoires traditionnelles, avec le Centre d’études des civilisations et les
Archives culturelles du Sénégal. À sa sortie du Conservatoire, Makéna
Diop joue dans de nombreuses oeuvres (radio, télévision, théâtre) passant
du « Fusil » de Patrice Ndendi Penda, à « Politicos » de Mba Evina Jean,
de « Caligula » (Camus) à « Images de sécheresse » (Chenet) ou de
« Ouluwemi d’Ajumako » (Condet) à « Mantes des Aurores » (Sall),
« Antigone » (Sophocle) et bien d’autres pièces d’auteurs tels que Cesaire,
Senghor, Soyinka… Il travaille avec le Negro théâtre, sur des pièces
comme « Les joies de la vie » de Leroy Jones, « Le sauveur noir », avant
d’être un des co-fondateurs de la troupe dramatique « Le Nouveau Toucan
» (1978). Avec d’autres comédiens et metteurs enscène sénégalais,
il initie l’émission de télévision « Clefs Littéraires » à l’Office de Radiodiffusion
Télévision du Sénégal (ORTS). Destinée à faire mieux comprendre
les oeuvres littéraires inscrites au programme de l’enseignement secondaire,
en présence de l’auteur, et d’élèves, cette émission connaît un
tel succès, qu’elle est rediffusée périodiquement jusqu’à aujourd’hui.
Vers la fin des années 80, poursuivant sa quête, il se tourne vers d’autres
horizons. A Cologne (Allemagne), il interprète le premier rôle du film de
Pape Seck, « Africa am Rhein », et développe des ateliers d’écriture.
À Sarrebruck, en 1993/1994, il met en scène « Setnaa ou la Cité de
Ndumbelaan », une de ses créations, un spectacle pluriculturel en trois
langues (wolof,français, allemand). Puis il part en France où il joue le destin
glorieux du Maréchal Nikkon, « Nikku de Wolé Soyinka » au Théâtre
International de langue française (TILF), et « La mort et l’écuyer du roi »,
avec la compagnie Coup de Pilon. Dès 1999, il commence alors à se produire
régulièrement, comme conteur, crée des spectacles et anime des
ateliers consacrés aux contes et au spectacle vivant. Ciné Contes a
accompagné des dizaines de films africains sur les écrans de plus de
300 villes de France, de Belgique, de Guadeloupe, d’Angleterre, du
Cameroun, d’Algérie…et dans un très grand nombre de festivals.
Dans le même temps il continue sa carrière au cinéma. Il est l’acteur principal
du film sénégalais « Toubab Bi » de Moussa Touré et reçoit en 1991,
le Bayard d’Or (prix d’interprétation masculine), au Festival de la Francophonie
de Namur (Belgique). En 1997, il interprète le rôle de Rambo
dans « TGV », de Moussa Touré aux côtés de Bernard Giraudeau.
Il a également joué, le rôle de Kenza, le meilleur ami de « Lumumba »
film mis en scène par Raoul Peck en 2000, avant de recevoir le Prix d’interprétation
du meilleur acteur masculin au FESPACO 2001, pour le rôle
de Keba dans « La Grève des Battu » réalisé par Cheick Omar Sissoko,
ce qui ne l’empêche pas de tourner dans des courts métrages de jeunes
réalisateurs – « Une femme pour Souleyman » de Dyana Gaye.
En 2002, il est le personnage principal du film du cinéaste angolais
ZézéGamboa, « O Heroi ». En 2003, il interprète le rôle titre du film
d’Alexander Abela « Souli », à Madagascar. Le film obtient le Grand prix
du festival Sundance (Etats-Unis) en 2002 et le Prix d’interprétation masculine
au festival du film de Bruxelles. En 2007, il tourne avec le réalisateur
Laurent Salgues au Burkina Faso « Rêves de poussières ». Le film,
sélectionné à Venise et Sundance, est primé dans de nombreux festivals
(Amiens, Tarifa, Namur, …). Makéna Diop joue avec Maria de Medeiros
en 2011 dans le film de Sergio Tréfaut, « Voyage au Portugal ». Film politique
basé sur une histoire vraie, à propos des procédures européennes
de contrôle aux frontières dans les aéroports et le traitement inhumain
qui est pleinement accepté aujourd’hui. Le film est primé et sélectionné
dans de nombreux festivals dans le monde.

Faouzi BENSAÏDI

Né à Meknes au Maroc, Faouzi BENSAIDI suit une formation de comédien à l'Institut Dramatique de Rabat  où il met en scène de nombreuse pièces de théatre. En 1995 il rejoint le Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris où il suit une formation d'acteur.

Faouzi  passe à la réalistion de cours métrages à partir de 1997 avec La Falaise qui obtient 23 récompenses dans différents festivals.

Il coécrit en 1999 le scénario de LOIN avec André Téchiné. En 2000, il réalise 2 court métrages : "Le Mur", sélectionné et primé à la Quinzaine des Réalisateurs du festival de Cannes et "Trajet" primé à la Mostra de Venise.

En 2002 il tient l'un des premiers rôles dans "Le Cheval de Vent", de Daoud Aoulad-Syad, celui d'un voyageur auquel il prête un atachant burlesque poétique. Il signe son premier long métrage "Mille mois" en 2003. Un film ambiieux, ttourné en cinémascope, qui es selectionné et primé à Un Certain Regard lors du 56 ème Festival de Cannes.

WWW : What Wonderful Word (2007) son deuxième long métrage a remporté le Grand Prix du Festival " Vues d'Afrique" de Montréal, après un e selection à la Mostra de Venise.

Il revient au théâtre en 2008 avec "Histoire d'Amour en 12 Chansons, 3 repas et 1 baisé"

En 2012, "Mort à Vendre" son 3ème Long métrage est sélectionné et primé au 62 ème Festival de Berlin - "Mort à Vendre est un de ses films qui reste en mémoire comme dans l'histoire du Cinéma, non seulement comme témoins d'une époque mais aissi et surtout par l'acuité de leur regard sur l'humain" (Olivier Barlet, Africultures).

"Volubilis" son 4ème long mérage, à été selecionné à la Mostra de Venise e à reçu 7 récompenses lors du 19éme Festival national du film de Tanger, notamment le Grand Prix."Volubilis confirme le talent de Faouzi Bensaîdi dans sa recherche d'une forme de appropriée pour élargir son propos.

Il s'ttaque ici au regard porté par les gagnants sur les perdants de notre monde sans merci et nous invite à partager celui des opprimés" (Olivier Barlet, Africultures)

2017 a accueilli Jean-Marc BARR

Rétrospective

Revue de presse 2011 2017.pdf
Document Adobe Acrobat [16.6 MB]

2016

Invités d'honneur: Benoît Delépine & Mehdi Charef

2015

Invitée d'honneur: Yolande Moreau

2014

Invités d'honneur: Mario HÄNSEL et Benoït MARIAGE

2013

Invités d'honneur: Robert MORIN, Denis CHOUINARD et Luois BELANGER

2012

Invité d'honneur: Mostefa DJADJAM

2011

Invités d'honneur: Gahité FOFANA et Cheick Fantamady CAMARA

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Antoine Ivarnes